S’il te plait google, je veux pas être partout chez toi

Le web social.

Le web social, c’est l’interaction, l’échange entre les utilisateurs d’un même site. Le Web social permet de partager son savoir, son expérience, ses sentiments. Le web social, c’est le présent, et l’avenir.
Le web social, ce sont des outils, simples à utiliser, pour entrer en relation avec l’autre.
Le web social, c’est un nom, un pseudonyme, une identité qui véhicule une image, notre image, sur un espace de discussion.

Je me suis longtemps caché derrière un pseudonyme avant d’utiliser mon prénom et mon nom sur internet. J’ai mis longtemps à assumer cette identité numérique. Désormais, sur internet, j’existe, et je souhaites exister.
Alors je m’exprime, je réagis, je débat.
Parfois, je fais des blagues salaces. Parfois, je fais des remarques pertinentes. Parfois, je rentre en contact avec des prospects, et peut être que parfois, je croise mon futur employeur.

Mais souvent, tout le temps, je laisse une trace. RemiB par ci, RémiB par là. A chaque mot envoyé sur la toile, j’associe mon nom.

Et puis il y a les moteurs de recherche. Google. Ce mot est sur toutes les lèvres, dans tous les twitts, 12 fois par jour.
Google, en Janvier 2009, c’etait 90% des recherches effectuées par les français. Je connais des gens, beaucoup, qui ne tapent même plus l’url du site qu’ils vont visiter dans la barre d’adresse, ils la tapent dans google.
Je connais des gens, plus ou moins agés, qui ne vont pas sur internet, ils vont sur google, comme on allait sur AOL.

Qui n’a jamais essayé de taper son nom dans google ? Qui n’a jamais recherché son pseudo ?
Il y a même des sites internet de concours de zizi sur la présence google.

google, ce formidable outil
google, ce formidable outil

Moi, j’adore google. J’utilise tous leurs services. Google, ils sont gentils, ils donnent tout gratuitement, pas comme Microsoft.
Quand je tape mon nom dans google, je retrouve TOUT ce que j’ai posté sur internet. Même si c’était il y a 10 ans, sur un site réalisé avec Frontpage Express. Je trouve ça génial de retrouver comme ça, en un clic, ce que j’avais moi même oublié, comme des dessins, réalisés sous paint, pour un concours Infonie. Ca m’était complètement sorti de la tête.

Mais quand je tape mon nom dans google, je ne trouve pas mon site internet, mais l’intégralité des endroits ou mon nom ou mon pseudo apparait. Je ne l’ai pas choisi.
Je peux faire le choix si j’en ai envie sur mon site officiel, puisque c’est moi qui le gère. Je peux demander à google de ne pas me référencer. Mais jamais, non, je ne peux dire à google de ne pas me référencer quand je suis chez les autres. Paradoxal ? Continuons.

Dans ces années folles, celles ou j’étais sur Infonie, il y avait un site : copains d’avant. C’était révolutionnaire, on pouvait s’inscrire, entrer des informations, et retrouver des anciennes connaissances selon ces infos (ancien collège, lycée…).
En revanche, la mise en relation était payante. Le modèle économique était basé sur cette mise en relation. Après tout, ça se tenait.
Et puis un truc bleu est arrivé. Facebook. La même chose en gratuit. A grand coup de sujets dans les JT, la pénétration de l’outil en France a été fulgurante. Copains d’Avants a réagit, et ouvert les vannes.
Tous les profils, publics, pif, paf, du jour au lendemain. Le site étant déjà hyper bien référencé, je me suis retrouvé là, exposé.
Même scénario pour trombi.com.

J’ai récemment supprimé complètement ces deux profils, mais des résultats restent sur google, il faut que moi, je retire tous les résultats, un à un, du cache de google, en passant par l’outil idoine. Quoi ? Tu veux plus apparaitre chez moi ? Bah fais ton ménage !
Et encore, faut il que la requête soit acceptée… vous savez, que le propriétaire du site glisse une balise qui dit qu’il faut pas indexer la page !

Je me suis donc tourné vers des outils plus pros, comme Viadeo par exemple.
J’y ai crée mon profil, avec mes noms et prénom en clair. Très vite, je me suis encore retrouvé sur google. J’avais beau fermer mon profil via les options, rien n’y faisait, j’avais oser poster dans un Hub, j’étais donc digne d’apparaitre sur le moteur de recherche !
Malin comme un singe, j’ai switché mon profil en « afficher votre prénom et la première lettre de votre nom ». Je croyais avoir remporté la bataille du référencement de mon compte Viadéo… c’était sans compter sur la gestion statique des noms d’utilisateurs sur les messages postés dans un hub. OUILLE.

Je suis donc là, las, impuissant, indexé donc montré du doigt.

Nelson, Les jeux de mots sont mon fort !
Nelson, Les jeux de mots sont mon fort !

Et puis je remarque un détail, un site, encore plus vicieux que google, un site avec de la publicité, un site dédié à une seule et unique chose : la recherche d’information sur les gens.
123people.

Le principe est simple, vous entrez le nom, le prénom, et vous obtenez TOUTES les infos qui trainent sur le net concernant la personne, photos comprises. Les blogs, les profils sociaux, les numéros de téléphone (si présent sur les pages blanches), tout ceci sur une seule et unique page, c’est magique. Génial.

Cette fois c’est sur, je suis sur internet.

123people, ils créent une page à chaque nouvelle requête. La page est indexée par google. La page est le premier résultat de recherche sur la personne. 123people, ils créent une latence dans la disparition des traces sur internet, car ils continuent d’afficher des choses que vous avez effacé de google.
Et quand vous leur faites remarquer, ils vous rient au nez. Ils vous répondent une seule et unique chose :  vos données ne sont pas hébergées chez nous, on ne fait qu’agréger, faites votre ménage. Et pourtant, la page 123people avec mes noms et prénom, elle existe.
Je peux même y créer une alerte en cas de nouveauté. Idéal pour que ma RH suive un peu mon activité sur le net tiens.

Ce genre de service n’existe que par et pour google.

Je ne sais pas quelles sont les lois à propos du regroupement d’information sur une personnes. Je ne sais pas si il existe un degré d’habilitation à la surveillance et à l’archive de l’activité d’une identité. Mais je demande un tout petit service à google :

laisse moi gérer MON identité. Trouve une solution dans ton algorythme pour identifier quand ce que tu ajoutes dans ta base concerne une personne. Surtout quand celle ci assume ses noms et prénom sur internet. Ajoutes moi uniquement si j’autorise la publication chez toi de ce que j’ai posté ailleurs, de mon activité ailleurs.

Pardon google si je t’ai cité en exemple, mais je n’ose même pas parler de Bing, qui ignore complètement les balises no-index. Lui, il ne mérite même pas d’exister.