Archives de catégorie : Identité numérique

Il n’y aura pas de grand frère imposé

Il n’y a pas si longtemps, je me souviens de discussions à propos du fait que c’était dégueulasse, toutes ces caméras dans les rues, épiants notre façon de traverser la route. Nous étions révoltés, en 2000, par la densité des caméras à Levallois-Perret. Maintenant, tout ceci me fait sourire.

Has been. Désormais, la surveillance, l’auto fichage font partie des tâches quotidiennes du citoyen connecté.
Facebook, l’étape mainstream, à l’heure actuelle, on peu dire qu’un français sur cinq y est inscrit. Dans le meilleur des cas, la moitié d’entre eux a réglé ses parametres de confidentialité pour ne pas être indexé par google. Ce qui nous fait 8 millions de français dont le nom et le prénom associés à une photo ont été indexés par Google. Appelons  cette indexation le facteur X.

Google, le bien aimé. J’ai toujours été persuadé que ce qui fait la différence entre l’aura de Google et celle de Microsoft, à la grande époque de ce dernier, c’est le fait de proposer ses outils gratuitement.
Parmi ces outils, Picasa. Simple, Ergonomique, vraiment pratique, et associé à un compte en ligne pour partager ses photos, Picasa s’avère être un outil véritablement efficace. Picasa est sympa, car il vous propose de vous dédouaner de la fastidieuse tâche « tag » des personnes sur les photos en le faisant à votre place. Pour cela, une courte phase d’apprentissage, dans laquelle vous indiquez à qui sont les visages pointés par le logiciel. Appelons  cette étape le facteur Y

Et vous voyez où je veux en venir, l’équation X + Y.

On couple cela avec Z, les informations EXIF des photos, et la conclusion est la suivante : à l’heure actuelle, google possède les outils permettants de déterminer qui fréquente qui, à quelle régularité, pendant combien de temps. Vous étiez où pour le reveillons de Noel 2005 ? Chez vos parents ? Pourtant il n’y a aucune photo de vous en leur compagnie à cette date, par contre, on vous voit avec cette demoiselle, la veille, vous savez, celle qui a été retrouvé morte ce matin. Rassurant non ?

Mon premier conseil s’adresse donc aux criminels et autres habitués des petits larcins : évitez de mettre une vraie photo de vous sur facebook, skyblog et autre myspace, même si arborer des liasses de billets verts c’est génial !

Allons un peu plus loin, en continuant avec les outils google, associé à un autre objet top tendance hype : l’iphone.
Il y avait 810 000 iphones vendus en France en Mars 2009. Associé à l’application Google Latitude, l’Iphone permet de vous localiser sur une carte. Outil indispensable pour éviter l’éternelle question « Allo, t’es où » apparue au début de l’ère du bipbop.
Vous pouvez donc, sur la base du volontariat, communiquer votre position à vos amis. Génial non ?

Maintenant ajoutez une photo sur picasa, prise avec votre iphone, à Pigalle, 23h34, google serait vraiment très cool s’il pouvait géolocaliser la photo en temps réel non ? Un service à venir, sans doute. Et l’on en sera très content. Même si le visage de Jean Pierre apparait dessus. Jean Pierre qui n’a pas d’Iphone. Jean Pierre qui, persuadé d’avoir réussi à embrouiller sa femme va se retrouver SDF et divorcé dans deux mois grace au combo Facebook + Picasa. Finish him !

Sans aucune transition, passons à un autre outil en vogue et en phase de déploiement : les puces RFID. Même si la société violet, véritable messie français de la technologie est en mauvaise posture, il n’y a aucun doute sur l’avenir de ces puces. Sans tomber dans la science fiction, on peut imaginer que dans 1 an, 2 peut être, la totalité des produits et marchandises vendus possedera sa petite puce d’identification. Tellement plus pratique que les codes barres, car sans contact direct ni sens de lecture.

Mme Michu qui fait ses courses chez Auchan a découvert cette année le service rapid auchan, elle fait ses courses normalement, mais se balade avec un pistolet lecteur de codes barre. Ca lui permet de remplir son caddie en ayant en temps réel le prix de ses achats, et de faire un passage en caisse plus rapide. Cela plait tellement à toutes les Mme Michu de France que le systeme est décliné par toutes les enseignes, et le nombre de caissieres rapidement diminué. Puis Mme Michu en a marre de cette corvée. Les enseignes déploient le RFID. Vous mettez l’article dans le caddie, et il est enregistré, son prix s’affiche sur un petit écran situé juste au dessus de l’endroit ou vous glissez votre pièce de 250€ comme caution pour ces caddies hi tech.

Bref, vous faites vos courses plus vite, pas de passage en caisse, juste un portique de controle RFID qui compare votre passage à ce qui a été bipé par le caddie, avant de vous laisser sortir. Pas de paiement, tout est débité directement sur votre compte. D’ailleurs le coup de la pièce de 250€ comme caution, c’était de l’humour, c’est une carte bleue que vous glissez dans le caddie.

Arrivé chez vous, vous rangez vos aliments dans vos placards, dans le frigo. Eux même équipés de lecteurs. Vous avez vos statistiques de consommation de céréales et donc vous pouvez prévoir que la prochaine fois, il faudra en acheter deux paquets. Vous voyez également que vous avez mis plus longtemps à les manger cette fois ci, normal, ils ont changé la recette dernierement, et ils vous plaisent moins.

Eventuellement, le renouvellement du stock d’aliment se fera automatiquement grace à ces statistiques, avec livraison à domicile.
Ces statistiques seront donc envoyées à votre distributeur préféré. Celui qui a été reperé grace à votre Iphone, c’est celui ou vous allez le plus souvent, ou alors que vous avez enregistré en nouveau favoris lors de votre dernière visite. Lorsque vous êtes arrivé dans le supermarché, une caméra vous observait, et vous a distribué immédiatement un coupon de réduction pour vos céréales, elle a reconnu votre visage.
Vous avez également un coupon de réduction pour un jeu vidéo, pour votre fils, celui ci est encore absent aujourd’hui alors qu’il vient 1 fois sur 2 avec vous normalement, il faut le re-fideliser.

Viens donc la conclusion, sous forme de question : et si Big Brother, c’était Mamouth ?